La dernière prophétie : un court-métrage qui s’interroge sur l’avenir de l’humanité

Réalisateur de ‘‘Love 2026’’ et de ‘‘Krokodil Requiem’’, Romain Demongeot sort un nouveau court-métrage qui pose un regard futuriste sur l’avenir de l’humanité.

Ce dont on est sûr, c’est que notre monde finira par disparaître. Mais que sera le monde après nous ? C’est bien la question à laquelle tente de répondre le court-métrage La dernière Prophétie. Courte d’une durée de 3 minutes 18 secondes avec un univers digne des Stars Wars, ce court-métrage nous montre un monde malade guidé par une Intelligence Artificielle vers la paix.

La dernière prophétie : quand l’IA unifie les hommes

La dernière prophétie se passe à une époque très lointaine de notre monde actuel.  Une époque où notre présent monde est déjà parvenu au plus haut degré des crises qui le minent : identitaire, religieuse, politique, économique, écologique. Cette dernière était déjà totalement perdue, puisque le court-métrage nous présente un monde malade où la poussière avait remplacé le vent habituel. Les quelques survivants étaient tous masqués et se réfugiaient dans la foi.

Les chefs religieux finirent par se remettre à l’IA, « né par ce qu’il était trop tard », pour conduire les survivants vers une autre planète habitable. Là, il découvrit que les hommes pouvaient s’aimer, malgré leurs différences. Il les aida donc à s’unifier en unifiant leur symbole religieux.

« L’amour pourrait l’emporter sur les dogmes et les barrières, de croyances, de couleur de peau »

Romain Demongeot

La dernière prophétie : une profonde réflexion sur le devenir de monde

« L’amour pourrait l’emporter sur les dogmes et les barrières, de croyances, de couleur de peau » dixit Romain Demongeot, réalisateur du court-métrage. La dernière prophétie questionne donc la place de l’homme dans son monde et l’impact des diverses religions sur le devenir de l’humanité. Les hommes, au-delà de leurs différences raciales, religieuses et politiques, sont capables de s’aimer. Il faudra peut-être un intermédiaire, rôle joué par l’IA sans passé ni histoire, pour conduire les hommes à cet idéal.  

La dernière prophétie, c’est une histoire d’amour, de fraternité, pour un monde pacifique ; un regard meilleur sur un monde en crise. Une vision positive pour échapper à la destinée morbide de l’humanité.

La dernière prophétie : une équipe cosmopolite

Pour la réalisation de ce court-métrage à l’allure de trailer avec un univers digne des Stars Wars et des films Marvel, Romain Demongeot a fait appel à une équipe universelle. Il a lié son talent à celui d’autres personnes venant de par le monde : Sonia Presne s’est chargée de la direction artistique ; le stylisme et la musique sont l’œuvre de Elvire Cheret (Creative Lead chez UNIT9). D’après Romain, le plan de la fusée décollant est l’œuvre d’un jeune homme originaire de la Corée. De nombreux autres collaborateurs sont originaires de l’Angleterre, du Brésil, de la Russie, etc.

Une équipe multiculturelle dont les membres ont uni leurs forces pour sortir une œuvre impressionnante de par son graphisme et sa bande sonore en 3D.

À propos de l'auteur

Avatar

Passionné des Lettres et envoûté par l'art, je livre aux autres mes découvertes en matière de littérature, de voyage, de cinéma et du sport. "Je pourrais passer le reste de ma vie à lire, juste pour satisfaire ma curiosité." Foi que je dois à Malcom X.

Laisser un commentaire