L’International Space Station a failli heurter un débris de fusée japonaise

Une fois de plus, l’ISS a dû modifier sa trajectoire pour éviter de se heurter à un objet spatial, laissé dans l’orbite terrestre à la suite d’une des activités spatiales humaines.

Les débris autour de la terre aggravent la situation des astronautes. En effet, l’International Space Station (ISS) vient de dévier sa route, pas plus tard que la semaine dernière, pour éviter une collision. Après risques de choc en un an, la NASA demande à ce que la société civile fasse le suivi de tous les objets spatiaux pouvant engendrer d’autres aléas majeurs.

Le sauvetage assuré par une capsule russe

La Station Spatiale Internationale pilotée par la NASA a lancé une alerte depuis sa position le 22 septembre dernier. Un débris de fusée japonaise l’a manqué de peu. D’ailleurs, avec une vitesse de 27 500 km/h, même un petit objet est susceptible de causer beaucoup de dégâts tout simplement en détruisant son panneau solaire ou un autre élément essentiel à la navigation. Les salles de contrôle ont été prises en charge par les Russes et les Américains. Ainsi, l’engin spatial a pu éviter le choc grâce à leur manœuvre.

Progress, la capsule cargo russe chargé de ravitaillement, a poussé la station hors de son orbite en activant son propulseur pendant plus de deux minutes. Devant se placer à 421 km au-dessus de l’océan, l’ISS est passé à 435 km et le débris défilait à 1,39 km d’elle.

Durant la manœuvre, l’équipage devait se mettre près de la capsule Soyouz afin de faciliter l’évacuation d’urgence. Fort heureusement, cette alternative n’était pas nécessaire.

La pollution spatiale de plus en plus dangereuse

Le trafic dans l’espace devient de plus en plus dangereux. Actuellement, il existe plusieurs objets en orbite autour de la terre qui peuvent causer des accidents graves. C’est le résultat de 60 années d’activités humaines. L’on y trouve des  débris d’anciennes fusées ou de satellites, mais aussi des fragments créés par des collisions. Ils ne détériorent pas l’espace, mais s’avèrent être des problèmes majeurs à l’encontre des engins spatiaux actifs.

Dans le cas de l’ISS, c’est le troisième risque d’accident grave en deux semaines alors qu’ils ont rencontré ce genre de situation 25 fois entre 1999 et 2018. D’après Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, une conjonction potentielle par an est suffisante pour prendre des mesures, et ce, le plus tôt possible.

À cet effet, il demande à ce que 15 millions de dollars soient dédiés au Bureau du commerce spatial. Cette société civile se chargera de la surveillance et de l’inspection de tous les objets orbitant autour de la planète.

En attendant les décisions de la part du congrès, la NASA doit se préparer à faire face à d’autres collisions de cette catégorie à cause de la croissance de la pollution spatiale. Pour le moment, l’unité militaire est en charge de la suivie des débris. De plus, le projet de SpaceX consistant à envoyer au moins 42 000 satellites en orbite saturera encore plus l’occupation des objets dans l’espace.

À propos de l'auteur

Avatar

Philosophe@Conscience. "Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L'excellence, donc, n'est pas un acte. C'est une habitude." Aristote

Laisser un commentaire