Ordesa : un film interactif disponible sur Arte.tv

Qui n’a jamais rêvé d’entrer dans la télé pour devenir le héros de son film préféré ? Grâce à des films interactifs comme Ordesa, c’est désormais possible.

En effet, le spectateur devient acteur en participant directement aux scènes du film. Il peut créer des événements et provoquer des mouvements. Ordesa a été réalisé par Nicolas Pelloille-Oudart et Nicolas Peufaillit. Le film interactif rivalise avec les œuvres comme Black Mirror ou Unbreakable Kimmy Schmidt de Netflix. Le court-métrage est conçu de manière à faire participer le spectateur à l’histoire au moyen d’un appareil mobile.

Un film inspiré de Horla de Guy de Maupassant

Le réalisateur d’Ordesa a puisé ses sources dans Horla, l’une des nouvelles de Guy de Maupassant sortie en 1887. L’intitulé du film ne pourrait se comprendre que si l’on se réfère à « hors de ça », dont il est l’abréviation.

Si dans Horla, le lecteur est capable de se mouvoir mentalement comme pour assister aux péripéties de l’histoire, dans Ordesa, le spectateur vit la même expérience. Il peut piloter le cours des événements à la manière d’un gamer devant son poste de jeu vidéo.

Afin de jouir pleinement de l’expérience, le spectateur doit lire avant tout le guide. Notons cependant que rien n’est compliqué. Pour aller d’un endroit à l’autre, il suffit d’incliner l’écran de son smartphone ou de sa tablette. Une vue large de 360° permet de voyager dans l’histoire pour profiter de la vision de la forêt, de la clairière, de la fameuse maison blanche et de l’intérieur des pièces. Par ailleurs, le regard peut se porter partout. Les curieux s’y intéresseront sûrement.

VOIR AUSSI : 7 meilleurs films de thriller psychologique

Un système de prise de vue innovant pour Ordesa 

Les producteurs ont travaillé d’arrache-pied pour sortir un court-métrage vraiment exceptionnel. Selon Nicolas Pelloille-Oudart, « il a fallu créer un système de prise de vue inédit pour ce film interactif ».

Il confie aussi avoir effectué de nombreux essais, de va-et-vient entre la technique et l’écriture afin que la production soit une réussite. « On a créé une espèce de chambre entre le bloc optique et la caméra pour obtenir une image hyperlarge, mais sans déformation. », a-t-il ajouté. Pendant le visionnage, le spectateur peut déplacer la caméra selon le lieu sur lequel il veut porter son regard. 

Notons qu’Ordesa laisse peu de place aux dialogues. Il met plutôt en avant une certaine fantasmagorie pour susciter une angoisse mêlée de curiosité. L’on ne peut jamais ainsi s’ennuyer avec un tel film. Cette expérience interactive s’accompagne de séquences bien vivantes qui invitent à passer à l’action.

Aussi curieux ou passif soit-il, le spectateur s’y attachera certainement. Et le plus intéressant, c’est que le contemplatif ne tardera pas à réagir, car certaines scènes ne se débloquent que s’il remue l’écran.

Le bref thriller psychologique est déjà sorti sur Arte.tv pour mobile, tablette et Apple.TV.

À propos de l'auteur

Avatar

Philosophe@Conscience. "Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L'excellence, donc, n'est pas un acte. C'est une habitude." Aristote

Laisser un commentaire