“Hold-Up, retour sur un chaos” : des fake-news dans le documentaire sur la Covid-19 ?

Afin de dénoncer la mauvaise gestion de la pandémie de Covid-19 et révéler certains mensonges et secrets entourant le virus, un documentaire baptisé « Hold-Up, retour sur un chaos » a été réalisé par Pierre Barnérias.

Hold-Up, retour sur un chaos le documentaire

On y affirme notamment que dès 2015, un test pour détecter la Covid-19 existait déjà. On peut également y entendre que du 15 mars au 15 avril, le virus a particulièrement sévi alors même que nous étions en confinement… Il s’agirait toutefois de fausses affirmations. Voici pourquoi.

Un test de détection du Coronavirus existait déjà en 2015 : faux !

Dans « Hold-Up, retour sur un chaos », l’on nous dit que Jean-Bernard Fourtillan, (ancien professeur de chimie thérapeutique) avait découvert que le 3 octobre 2015, un brevet sur des tests pour détecter le virus avait été déposé. Le documentaire nous affirme ainsi que bien avant qu’il sévisse, le virus était déjà connu…  

Test de détection Covid-19

Il est à souligner que ce fameux brevet existe réellement. Toutefois, en le consultant, on peut vite s’apercevoir que M. Fourtillan a peut-être été induit en erreur par les dates. Effectivement, dans ce document avancé à titre de preuve par le documentaire, à la date où celui-ci avait été déposé, il n’y était question que de systèmes d’analyses de données biométriques (System and method for using, processing, and displaying biometric data). À ce moment, aucune référence à la Covid-19 n’y avait été mentionnée. Ce n’est que le 17 mai 2020 qu’une partie « System and Method for Testing for COVID-19 » y a été ajoutée. Conclusion : aucun test de détection du Coronavirus n’existait encore à l’époque.

Le virus a particulièrement sévi alors même que nous étions confinés : faux !

Pour pouvoir affirmer une telle chose, les auteurs du documentaire se sont appuyés sur un graphique appartenant à l’Insee. Se basant sur les chiffres donnés par celui-ci, il a alors été dit qu’entre le 15 mars et 15 avril 2020, soit précisément pendant la période de confinement, le virus avait particulièrement sévi. Selon « Hold-Up, retour sur un chaos », le confinement n’a donc pas eu de réelle utilité… Si cela avait été le cas, de tels chiffres ne seraient jamais apparus…  

Graphique de l'Insee utilisé dans Hold-up

Cependant, il faut savoir que cette mesure n’aurait jamais pu avoir de conséquences immédiates. Il est donc tout à fait normal que le nombre de décès ait augmenté, surtout dans les trois semaines ayant suivies le 1er confinement. Pour rappel, il avait débuté le 17 mars 2020, soit bien après que de nombreuses personnes aient probablement déjà contracté le virus.

Décès Covid-19

Ainsi, on peut en conclure que les personnes décédées au cours du confinement étaient surtout celles qui avaient déjà été contaminées durant les 3 à 4 semaines précédentes. Ce qui revient à dire que le pic de mortalité observé du 15 mars au 15 avril a donc été dû à la transmission active du virus, favorisée justement par l’absence de confinement.

” Hold-Up, retour sur un chaos” rétiré de Vimeo

Bref, ce ne sont là que quelques exemples. Effectivement, bien d’autres affirmations dans “Hold-Up”ont été jugées approximatives ou erronées. Quoi qu’il en soit, il faut savoir que le film a été retiré de Vimeo le vendredi 13 novembre dernier. Pour rappel, c’est le 11 novembre qu’il y avait été proposé en version payante.

https://youtu.be/Ax1hPfvLhtw

À noter que sur YouTube, sa bande-annonce avait déjà été visionnée plus de 400.000 fois. De nombreux internautes l’avaient également relayé sur les réseaux sociaux. Au final, pour réellement découvrir les secrets autour de la Covid-19, il faudra donc encore patienter. Reste également à savoir si ces secrets existent vraiment. Affaire à suivre…

À propos de l'auteur

Nick Olaizola

L’écriture constitue l’une des activités qui me permettent de canaliser ma passion, outre la philosophie, le sport et le jeu d’échecs. Dans tout ce que je fais, j’essaie d’atteindre la perfection, tout en sachant que personne ne pourra la rattraper. « Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L’excellence, donc, n’est pas un acte. C’est une habitude. » - Aristote

Laisser un commentaire