Love Craft Country : la série d’horreur qui dénonce le racisme

« L’homme est un loup pour l’homme. » Cette célèbre citation de Thomas Hobbes reflète, dans son essence, la réalité mise en avant dans la nouvelle réalisation de Misha Green et Jordan Peele à travers Lovecraft Country.

La série pointe du doigt la ségrégation  pendant les années 50 pour mieux dénoncer le racisme persistant aux États-Unis. En effet, si les créatures immondes représentent les premiers adversaires des héros du film, les hommes qui les poursuivent constituent un danger encore plus terrifiant.

Des poursuites sanguinaires

La série est disponible sur OCS depuis le 17 août dernier. Elle constitue une satire de l’Amérique raciste actuelle. Au fil des épisodes, elle retrace l’aventure d’Atticus Black (Jonathan Majors). C’est un jeune vétéran noir à la recherche de son père disparu à travers les États-Unis. Des monstres sanguinolents et des hommes avides de sang humain pourchassent le jeune vaillant dans sa lancée. Heureusement que son amie Leti (Jurnee Smollett) et son oncle George (Courtney B. Vance) l’accompagnent.

Présentant des bêtes imaginaires, l’histoire fait beaucoup allusion au racisme en Amérique. Elle met en exergue les maux qui rongent la société américaine contemporaine.

VOIR AUSSI : Blackfaces : des films et séries censurés à cause de manifestations raciales

De l’horreur du racisme et mise en valeur des acteurs noirs

Inspiré du roman de Mattt Ruff,  le film relate le quotidien effroyable des Afro-Américains pendant la ségrégation raciale des années 50. Il s’appuie également sur les récits de l’auteur américain H.P Lovecraft. Ses univers de science-fiction, en particulier celui de l’horreur cosmique, y sont mis en valeur.

Dans la série, les véritables monstres sont un shérif blanc et des Américains ségrégationnistes et suprématistes armés de fusils qui pourchassent Atticus et ses compagnons. Les chasseurs sont à la recherche de tout individu noir à abattre.

En même temps, le film démontre l’acuité intellectuelle et le talent des acteurs noirs dans le septième art. Ainsi, pour beaucoup, il se présente comme une occasion de se rehausser sur la scène internationale. Il constitue un tournant pour les acteurs afro-américains et offre une plus grande marge de choix des acteurs dans l’univers hollywoodien.

La série est, en fait, un subtil mélange entre le fantastique et l’horreur du racisme. Elle vient conscientiser le spectateur de la gravité de la ségrégation. Dans ce sens, cette oeuvre rappelle les conséquences engendrées par la discrimination  tout en mettant en exergue le talent des Afro-Américains dans le cinéma. D’une certaine manière, le film est un hommage aux victimes de la discrimination raciale.

À propos de l'auteur

Avatar

Philosophe@Conscience. "Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L'excellence, donc, n'est pas un acte. C'est une habitude." Aristote

Laisser un commentaire