Fin du monde : voici les scénarios réalistes et probables

La vie, et la Terre qui l’abrite, sont constamment soumises à des menaces pouvant engendrer leur disparition. Voici quelques scénarios réalistes pouvant provoquer la “fin du monde”.

Des “prophètes” et “voyants” de toutes les origines ont prédit maintes fois la fin du monde au cours de l’histoire. Cependant, l’Armageddon tant attendu depuis des millénaires ne s’est pas encore produit. Cela n’a pas empêché nombre d’auteurs et réalisateurs de partager leurs imaginations débordantes concernant le sujet, à travers des romans, films et autres œuvres. Loin d’être de la pure fiction, certaines de ces création ont un fond de vérité.

Un conflit nucléaire globale : une force de destruction massive

L’Union géophysique américaine a mené une étude sur les effets d’un tel conflit. Le cas de figure considéré était une hypothétique guerre nucléaire entre le Pakistan et l’Inde. L’une des premières conséquences serait la projection de cinq millions de tonne de carbone dans l’atmosphère. La température dans le globe baisserait et la couche d’ozone en serait inévitablement affectée que d’autres désastres, telle une « famine nucléaire », pourraient en résulter.

Les conséquences seraient d’autant plus chaotiques si les acteurs du conflit utilisaient des bombes sales. Une bombe sale, ou bombe « salée », contient du cobalt-59. Les zones comportant les traces de cet isotope radioactif deviennent inhospitalières. En 2018, l’organisation Ploughshares Fund a dénombré plus de 14.000 armes nucléaires. À une telle envergure, une guerre à l’échelle mondiale a le pouvoir de détruire la race humaine.

Le réchauffement climatique : des conditions de vie extrêmes

Au rythme où vont les choses, le réchauffement climatique n’est pas prêt d’être endigué. D’ici la fin du siècle, plusieurs régions deviendront vite inhabitables. Selon le MIT, la Chine pourrait être systématiquement victime de la canicule d’ici 50 ans. Pourtant, avec une température de 35° C et plus, accompagnée de 100 % d’humidité dans l’air, un humain lambda mourra en seulement six heures

Par ailleurs, la hausse des températures engendre la fonte des glaciers et des icebergs. Cela fera monter le niveau de la mer et causera des inondations qui réduiront considérablement le territoire habitable. Mais il n’y a pas que les humains qui en seront touchés. L’écosystème sur Terre en sera également bouleversé, ce qui accélérera l’extinction des espèces. Avec le temps, les elles auront de plus en plus de difficultés à se nourrir et à survivre.

VOIR AUSSI : Top 7 des meilleures séries survivalistes

Le déchaînement des forces de la nature

Si une trentaine de super-volcans entraient en éruption dans le monde entier, cela engendrerait un hiver volcanique qui durerait plusieurs années. La quantité colossale de cendres volcaniques dans l’atmosphère pourrait en être la cause. Durant cette période glaciale, aucune plante ne pourra pousser, menant ainsi à la famine.

Une tempête solaire causerait également des dégâts sociétaux pouvant outrepasser les limites imaginables, soit des dérives anarchiques de tout genre. Si un tel phénomène survient, le globe terrestre sera dépourvu d’électricité, et ce sera le black-out total. Le système s’effondrerait en un rien de temps, car sans électricité, la communication serait impossible. N’écartons pas également la possibilité d’une collision avec un corps celeste, un astéroïde par exemple.

Viendront ensuite les problèmes liées aux besoins fondamentaux, dont l’approvisionnement en eau, la conservation des médicaments, etc. La précarité en serait dès lors une évidence. A noter cependant qu’une super éruption se produit sur un intervalle d’environ 100 millénaires. Enfin, comme le vient de nous rappeler la Covid-19, l’humanité n’est pas à l’abris du danger des pandémies, ce qui aurait d’ailleurs probablement causé la disparition des Néandertaliens et des Denisoviens.

Soulignons cependant qu’aux yeux des certains scientifiques, fin du monde ne rime pas forcément avec fin de l’humanité. Le débat fait rage entre les colapsologues qui défendent que la terre et l’humain sont voués à disparaître, et les transhumanistes qui estiment que l’humanité saura, d’une manière ou d’une autre, survivre et s’adapter, même sans la Terre. L’on pourrait, en effet, voir le choses de façon plus optimiste, étant donné que plusieurs innovations technologiques se présentent comme solutions à ces menaces. En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que, pour l’heure, l’avenir de l’humanité reste indéterminé. Le temps nous en dira certainement plus.

À propos de l'auteur

L’écriture constitue l’une des activités qui me permettent de canaliser ma passion, outre la philosophie, le sport et le jeu d’échecs. Dans tout ce que je fais, j’essaie d’atteindre la perfection, tout en sachant que personne ne pourra la rattraper. « Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L’excellence, donc, n’est pas un acte. C’est une habitude. » - Aristote

Laisser un commentaire