Comment bien choisir sa crème solaire écologique ?

Lorsque le beau temps fait son retour, la crème solaire est primordiale pour ne pas s’exposer aux coups de soleil et au risque de cancer de la peau. Malheureusement, les produits traditionnels sont considérés comme des perturbateurs endocriniens ou des allergisants. De plus, ils polluent. On choisira donc sans hésitation de se protéger avec le produit bio qui préserve la planète. Mais, comment bien choisir sa crème solaire écologique ? 3 critères méritent votre attention.

Crème solaire écologique

1. Filtres UV minéraux naturels

Lorsque vous recherchez votre aérosol naturel, la première question qui doit vous venir à l’esprit est : est-ce qu’il contient des filtres chimiques ou des filtres minéraux ?

Bien choisir sa crème solaire écologique, c’est acheter un produit qui contient des filtres UV minéraux. C’est-à-dire du dioxyde de titane et de l’oxyde de zinc. Ces ingrédients sont utilisés car ils détiennent tous deux un grand pouvoir réflecteur de la lumière. En plus d’être biodégradables, ces minéraux ne sont toxiques ni pour l’homme ni pour le milieu marin puisqu’ils existent à l’état naturel. Bien plus, ils restent tout aussi efficaces que les substances synthétiques pour protéger votre peau du soleil.

2. Une composition sans nanoparticules

Pour une question de confort, des nanoparticules sont introduites dans la composition des crèmes solaires. Ce sont de toutes petites particules d’un à 100 nanomètres (1000 millièmes de millimètre) qui confèrent à la texture fluide des produits. Leur présence est d’ailleurs parfois détectée dans le cosmétique bio. Elles sont si petites qu’elles sont suspectées traverser l’épiderme. Mais à ce jour, aucune étude n’a démontré leur nocivité sur la santé et l’environnement.

Dans son rapport du 15 mars 2011, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) recommande toutefois de ne pas utiliser des produits contenant des nanomatériaux sur des peaux abîmées. Dans le doute, il est donc préférable de choisir une crème minérale sans nanoparticules. Vous pourrez vérifier leur présence ou non sur les étiquettes des contenants en vente. Car depuis 2013, les fabricants ont l’obligation de les mentionner.

VOIR AUSSI : Sun of a Beach : un court-métrage d’animation qui sent bon l’été

3. Un produit biodégradable

Label Cosmebio d'Ecocert

Une fois appliquée sur la peau, la crème se retrouve indéniablement dans l’eau. Par ailleurs, chaque année, près de 6 000 tonnes de crème reposent dans les océans et agressent le corail. Pourtant, celui-ci correspond à l’habitat de plusieurs espèces marines et végétales. Il faut donc impérativement opter pour le biodégradable. Effectivement, plus un produit est conçu avec des matières naturelles, plus il est en mesure de se décomposer. Par conséquent, plus il est biodégradable, moins il pollue les mers et les océans.

Pour une meilleure protection de l’écosystème marin, il faut donc choisir une crème solaire bio certifiée par le label Cosmebio. Ce label de l’association professionnelle de la cosmétique naturelle et biologique exige une teneur de 95 % d’ingrédients d’origine naturelle. Les produits labellisés Cosmébio sont notamment certifiés par Ecocert, un organisme de contrôle et de certification agréé par l’Etat français.

Bien que certaines marques aient véritablement adopté des démarches écoresponsables, la crème protectrice 100 % écologique n’existe pas. Cependant, la crème solaire reste indispensable pour vous protéger des maladies épidermiques graves. Pour bien choisir votre protection solaire bio, repérez les labels écoresponsables et biodégradables sur les produits et préférez la texture waterproof qui adhère plus longtemps à la peau.

À propos de l'auteur

Catherine Luconthe

Rédactrice Web, transportée par le développement personnel, la nature, l'enfance et les sciences.

Laisser un commentaire