VAMS et PrepMod : les logiciels de rendez-vous retardent l’inscription aux vaccinations

À cause des soucis techniques liés à plusieurs sites web de prise de rendez-vous, le travail des services de santé continuait de prendre du retard au grand désarroi des patients.

Initialement destiné à faciliter le processus, la mise en place d’un site de rendez-vous pour s’inscrire afin de se faire vacciner semble avoir produit l’effet contraire auprès des services de santé en Virginie. Ce logiciel, semblable à celui qui est utilisé à Richmond. Crédit, aurait entravé le bon déroulement de leur travail à cause d’une défaillance.

Les utilisateurs de VAMS et PrepMod se plaignent

Afin de programmer les rendez-vous, les Centers for Disease Control and, Prevention recommandent l’utilisation d’un logiciel conçu à cet effet. Celui-ci est appelé VAMS. Conseil que les responsables de santé de l’État de Virginie ont appliqué dès que les vaccins contre le Coronavirus sont disponibles. Cependant, les personnes âgées auraient du mal à s’en servir.

Pour y remédier, le gouvernement a recouru au système PrepMod. Toutefois, ce logiciel a aussi entraîné des problèmes. En effet, les liens que les patients ont reçus pour leurs rendez-vous pouvaient toujours être utilisés ultérieurement. De plus, ils les redirigeaient vers Facebook, sur une page où un événement de vaccination à Richmond est présenté avec un surnombre de réservations. Alors, plus d’un ont conclu que les systèmes n’avaient pas que des qualités, ils présentaient aussi des défauts.  

Face à la vague de critiques, certains des responsables de la santé ont essayé de rassurer les utilisateurs. En outre, les développeurs de ces algorithmes ont dénoncé les reproches abusifs à l’égard de leurs produits.

Les explications des developpeurs

Tiffany Tate, la créatrice de PrepMod et la directrice exécutive du Maryland Partnership for Prevention, a expliqué la principale cause du problème. D’après l’experte, les utilisateurs du logiciel sont insatisfaits pour deux raisons : d’une part, le personnel de la santé ne maîtrise pas le système et d’autre part, les demandes venant des gouvernements ne cessent d’augmenter.

De ce fait, « ce n’est pas un problème avec notre système. C’est un problème avec les gens qui devraient être responsables », a-t-elle ajouté. Elle imputait la responsabilité aux services de la santé et à d’autres individus qui n’ont pas su partager les liens comme il fallait. Puis, elle a déclaré que la société avait intégré une option pour les liens uniques

Deloitte, concepteur de VAMS, a souligné que son logiciel a été mis en service par neuf États et avait été fabriqué au début pour de petits groupes. Étant en phase initiale du développement des vaccins, ces derniers pouvaient bénéficier de l’intervention rapide de la société afin d’obtenir ce qui leur était nécessaire selon le cas. L’entité pouvait aussi mettre à jour le logiciel en vue de s’occuper d’une tâche plus grande.

Contrairement à Salesforce qui a choisi de garder le silence, Darrel Ng, un porte-parole du département de la santé de Californie, a annoncé que My Turn avait de même ajouté des liens uniques.

Pour terminer, en vue d’augmenter le taux de vaccination dans les communautés noires et latines, le personnel de la santé leur a envoyé des codes de rendez-vous My Turn. Le problème, pourtant, est que ces numéros ont été très répandus de sorte que certains patients ont pu avoir accès au vaccin alors que ce n’était pas encore leur tour. En fait, les codes qui ont déjà servi pouvaient toujours être utilisés.

À propos de l'auteur

L’écriture constitue l’une des activités qui me permettent de canaliser ma passion, outre la philosophie, le sport et le jeu d’échecs. Dans tout ce que je fais, j’essaie d’atteindre la perfection, tout en sachant que personne ne pourra la rattraper. « Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L’excellence, donc, n’est pas un acte. C’est une habitude. » - Aristote

Laisser un commentaire