“Famille tu me hais” : l’histoire poignante des victimes d’homophobie

Signé Gaël Morel, Famille, tu me hais est un documentaire qui donne à réfléchir. Il rassemble plusieurs témoignages de jeunes ayant été victimes d’homophobie au sein de leur propre foyer.

Famille tu me hais, les insultes envers les jeunes  victimes

L’homophobie intrafamiliale est surement l’une des pires conséquences de l’hétéronormativité. Pour ceux qui en sont victimes, elle doit également être la plus difficile à vivre. Gaël Morel, acteur/réalisateur, et parrain de l’association Le Refuge, a donc décidé d’en faire l’objet de son documentaire. Plusieurs jeunes y témoignent afin de dévoiler au monde toutes les épreuves qu’ils ont dû traverser, du fait de leur homosexualité.

Insultes, coups, rejet, voire tentative de meurtre !

Famille tu me hais, des jeunes rejetés par leur famille

C’est ce que ces jeunes ont subi de la part de certains membres de leur famille. Certains ont été mis à la porte de leur foyer et se sont retrouvés livrés à eux-mêmes dans les rues. Si d’autres ont pu rester chez eux, ce n’est pas pour autant que leur vie aura été plus agréable. Leur quotidien a souvent été fait d’insultes et de propos rabaissant. Ces violences verbales étaient leur routine lorsqu’ ils n’étaient pas tabassés par ceux qui étaient censés leur témoigner de l’affection. Pire encore, certains racontent qu’ils ont même failli y laisser leur vie. Ils ont donc fui, sans quoi ils n’auraient certainement pas pu témoigner dans le cadre de ce documentaire.

Un an et demi dans les rues à cause de l’homophobie intrafamiliale

Dans Famille, tu me hais, Jenny explique qu’avant de trouver un refuge, les jeunes chassés de chez eux sont souvent obligés de vivre dans la rue. Elle raconte qu’après avoir été rejetée par sa famille, sous prétexte qu’elle salissait leur nom, elle a passé un an et demi dans les rues de Montpellier. Alcool et drogue sont alors devenus ses compagnons… De quoi peut-être l’aider à oublier, le temps d’un instant, les déboires causés par son orientation sexuelle.   

Famille tu me hais, des jeunes à la rue

Ce genre de témoignage laisse à réfléchir. Qu’adviendra-t-il de cette jeune fille ayant arrêté ses études à 17 ans et demi ? C’est justement le genre de question que nous amène à nous poser ce documentaire.

Famille, tu me hais nous montre ainsi à quel point l’homophobie peut être dévastatrice. En France pourtant, cette briseuse de famille ne cesse de sévir.

À noter que depuis sa création, l’association Le Refuge a vu le nombre de victimes d’homophobie intrafamiliale augmenter. Elle en accueille de plus en plus, bien que ce soit le contraire qu’elle voudrait qu’il se produise. Quoi qu’il en soit, lorsqu’ils se retrouvent sans domicile, ce sanctuaire permet ces jeunes de profiter d’un hébergement d’urgence. Grâce à cette association, aujourd’hui devenue une fondation d’utilité publique, ces parias peuvent également bénéficier d’un accompagnement social et médical, mais aussi et surtout, psychologique.  

À propos de l'auteur

L’écriture constitue l’une des activités qui me permettent de canaliser ma passion, outre la philosophie, le sport et le jeu d’échecs. Dans tout ce que je fais, j’essaie d’atteindre la perfection, tout en sachant que personne ne pourra la rattraper. « Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L’excellence, donc, n’est pas un acte. C’est une habitude. » - Aristote

Laisser un commentaire