FaceApp : l’appli de vieillissement à la rescousse du climat

Alors que la militante écologiste Greta Thunberg a prononcé cette semaine un discours à l’assemblée nationale pour réveiller les consciences, les internautes et les ONG détournent le filtre vieillissant de l’application FaceApp pour alerter sur les conséquences du réchauffement climatique.

EarthApp : la disparition d'un ours polaire en Arctique
EarthApp : la disparition d’un ours polaire en Arctique

EarthApp : le seul FaceApp dont vous devriez vous soucier !

Si vous fréquentez les réseaux sociaux, vous avez certainement vu passer des photos de vos amis qui avaient pris un sacré coup de vieux. L’application russe FaceApp permet en effet de se rendre compte de ce à quoi nous ressemblerons dans 40 ans.

Mais à l’heure où l’Europe subit sa plus grosse période de canicule depuis le début des relevés météo,

certaines ONG – dont Greenpeace qui avait déjà détourné le 10 years challenge il y a quelques mois – et internautes se sont agacés de voir qu’une application futile occupait plus les esprits que l’écologie.

Ainsi est apparu EarthApp, une application imaginaire qui montre ce que pourrait être la Terre dans 50 ans. Les résultats sont effrayants.

Greenpeace parodie FaceApp pour sensibiliser au réchauffement climatique

Paysages asséchés, villes submergées, amoncellements de détritus et espèces animales emblématiques disparues, le tableau dressé par le FaceApp de la planète n’est pas beau à voir. En partageant ces images chocs, les internautes espèrent créer une prise de conscience de l’urgence climatique et à un sursaut pour protéger notre belle planète et ses paysages.

Greenpeace s’est notamment associé à une agence de communication russe et a lancé une campagne pour montrer ce que pourraient devenir de célèbres paysages de Russie si rien n’est fait pour inverser la tendance. Les photos sont visibles sur le compte Instagram russe de l’ONG. On peut y voir St Pétersbourg noyée, les verdoyantes forêts Sibériennes brûlées, Moscou en plein désert ou même la calotte glaciaire arctique disparue.

Une bonne raison, s’il en fallait encore une, de se mobiliser au quotidien pour protéger l’environnement et limiter le réchauffement climatique.

À propos de l'auteur

Marie B.

Passionnée par la botanique, le dessin et le voyage, j'ai étudié en traversant la France et le Monde. Je rédige des récits de voyage que je publie sur mon blog http://lesvoyagesdemariebambelle.fr/.

Laisser un commentaire