Noël traditionnel : 5 coutumes françaises presque oubliées

La période de Noël est l’occasion idéale de se replonger dans la magie des coutumes et traditions qui en font une fête tant appréciée des petits et des grands. De la Bretagne à l’Alsace en passant par la Champagne et la Savoie, les petits coins de France recèlent de traditions anciennes parfois encore respectées. Voici une liste de 5 d’entre elles qui vous replongeront dans les origines de certaines de nos habitudes et croyances.

1 – Les menhirs bretons

Le folklore breton est rempli de traditions et de croyances qui ont pendant longtemps rythmé le quotidien des populations. En ce qui concerne les traditions entourant Noël, les Bretons avaient une forte croyance en puissance du soleil sur les ténèbres.

dolmen-menhir

Ainsi, on attribuait à la nuit de Noël un pouvoir magique qui faisait que lorsque sonnaient les douze coups de minuit, les menhirs sortaient de terre pour aller s’abreuver à la source et revenir avant que le dernier coup ne retentisse. Durant leur absence, ils laissent à découvert un trésor inestimable d’après la légende mais malheur à quiconque tente de s’en emparer, il sera puni de mort.

2 – Les 13 desserts provençaux

La tradition des 13 desserts de Provence remonte à très loin. Elle témoigne de l’attachement que ses habitants ont de la famille et du partage. Autrefois, alors que le travail de la terre était le plus répandu, les familles les moins nanties conservaient pendant des mois leurs récoltes afin d’honorer la naissance de Jésus à Noël.

treize_desserts-alsace

Ainsi, au soir du réveillon, on retrouvait ainsi plusieurs spécialités qui avaient toutes un symbolisme profond et qui constituaient les 13 desserts de Noël. Les dattes représentaient l’orient et la naissance du Christ, les nougats blancs les jours heureux et les noirs les moins joyeux, les fruits secs les ordres religieux mendiants et entre autres les friandises comme les calissons et la pâte de coings qui représentaient le partage.

3 – La Saint-Nicolas alsacienne

En Alsace, la légende de Saint-Nicolas date de plusieurs siècles. D’après les récits, le Saint aurait ressuscité des enfants découpés par un boucher. Seulement, dans le folklore local, Saint Nicolas visite les enfants le soir du 5 Décembre sur son cheval.

saint-nicolas

Il est accompagné du père Fouettard qui menace de son bâton les enfants qui n’auraient pas été sages durant l’année tandis que Saint-Nicolas récompense les bons petits avec du pain d’épices et des friandises.

4 – La bourde champenoise

Le soir de Noël avant de se rendre à la messe de minuit, la tradition en Champagne-Ardennes voulait que l’on confectionne des gaufres qui étaient dégustées en famille autour du feu.

gaufres-champagne-noel

Au matin de Noël, chaque enfant recevait de son parrain ou de sa marraine une bourde qui est une énorme brioche marquée de ronds réalisés avec un dès à coudre.

5 – La bûche normande

En Normandie, l’origine de la bûche de Noël provient de la tradition qui voulait que dans chaque foyer, on faisait brûler une bûche en récitant le Notre Père jusqu’à ce que cette dernière soit réduite en cendres et que ces dernières soient ramassées et conservées pour servir de départ à la flambée de l’année suivante.

buche-flambee

Cette tradition servait à bénir la maison entière et à la protéger tout l’an durant. Au bout de la bûche étaient accrochés des friandises, des épices et des fruits ce qui est aujourd’hui devenu représentatif de la bûche dont nous nous régalons le soir de Noël.

6 – Les feux de Noël girondins

Le soir du 24 décembre dans certaines villes de Gasconne, la tradition voulait que la “lo Halha de Nadau” soit flambée. Il s’agissait en réalité d’une gerbe faite de paille que l’on brûlait dans chaque maison pour assurer l’abondance durant l’année à venir. Le chef de famille faisait ensuite le tour en tenant la bûche en main afin d’éloigner les mauvais esprits et d’assurer le bonheur de toute la famille.

feux-noel-gironde

La bûche ensuite délicatement déposée dans la cheminée se devait d’être consumée jusqu’au 1er janvier. Aujourd’hui, la coutume se perpétue du côté de Bazas où chaque année, une procession faite de flambeaux a lieu et se termine par une distribution de friandises aux enfants.

À propos de l'auteur

Monica Kalla-Lobé

Amoureuse des lettres et de la force des mots, éternelle passionnée de l'art d'écrire, je ne conçois pas un monde sans la beauté de pouvoir s'évader au simple contact d'un écrit. Pour moi, vivre c'est partager de l'émotion à travers les mots.

Laisser un commentaire