La mobilité verte : réduire l’empreinte des transports sur l’environnement

La mobilité verte est un concept qui a vu le jour récemment, à l’heure où le réchauffement climatique est plus qu’une réalité. Découvrez ici tout ce que vous devez savoir à propos.

Plus besoin de le redire, mais le réchauffement climatique est plus qu’une réalité et la planète est en péril. La sixième extinction a déjà débuté et l’homme qui va en subir les affres est sans doute le grand acteur de la menace. Les feux de forêt de plus en plus puissants qui ne cessent de ravager des centaines voire des milliers d’hectares ; des glaciers qui se fondent dans le plus grand étonnement ; la canicule dont le niveau ne cesse de monter et cette chaleur excessive dans les pays africains. Sans oublier les changements climatiques et tout ce qui va avec. Nous vivons assurément l’un des moments les plus douloureux de l’environnement. Mais le problème, c’est l’homme actuel et la génération future qui en payeront le plus grand prix.

Face aux crises du réchauffement climatique, toutes les causes possibles sont étudiées aujourd’hui et l’on tente de trouver des voies de solution. Nouveau coupable en vue : le transport !

La route, ce grand pollueur

Il apparaît aujourd’hui que les moyens de transport sont de grands pollueurs. Les voitures et d’autres moyens de transport, pourtant indispensables, contribuent largement à l’émission du gaz à effet de serre qui ne cesse de dégrader l’environnement.

Selon les chiffres de l’AIE, en 2016, les moyens de transport terrestre ont généré 5,85 gigatonnes de CO2, soit 74% de la part d’émission de tous les transports. Les moyens de transport responsables sont évidemment les voitures, les bus et les camions.

Ces chiffres prouvent que le secteur du transport est le deuxième générateur des gaz à effet de serre. L’électricité et la production d’énergie étant le premier. Mais si des avancées continuent d’être faites au sujet de la production des énergies, pour son électricité et son chauffage, la France émet peu de CO2 aujourd’hui grâce au nucléaire, le secteur des transports stagne.

Face à ce constat malheureux, il faut agir. D’où la naissance du concept de la mobilité verte.

La mobilité verte : qu’est-ce que c’est ?

«Un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’environnement» 

Selon ENGIE, la mobilité verte est une politique d’aménagement et de gestion du territoire qui favorise une mobilité pratique, peu polluante et respectueuse de l’environnement.

En des termes plus clairs, la mobilité verte consiste à adopter des gestes et des moyens de déplacement qui génèrent moins de pollution et qui concourent à la sauvegarde de la planète Terre.

C’est aussi la mise en place par les autorités d’un projet d’aménagement urbain pour optimiser le déplacement en milieu urbain et favoriser d’autres pratiques écologiques.

Le Gouvernement et les autorités nationales sont évidemment en train de mettre en place des plans d’action pour atteindre cet idéal. Mais les citoyens restent les plus grands acteurs de cet objectif. L’on peut déjà revoir ses pratiques en vue de contribuer à ce changement radical qui fera du bien pour tous. Certes, en matière de lutte contre le réchauffement climatique, ce sera un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’environnement.

VOIR AUSSI : Écologie : 7 astuces pratiques pour réduire son empreinte carbone

Comment contribuer à la mobilité verte

Les changements vont demander des sacrifices, mais nous devons apprendre à nous y habituer pour un monde meilleur.

Partager les véhicules

Les chiffres révèlent que 72% des émissions de gaz à effet de serre ont été généré par les voitures individuelles. Quand l’on pense une seconde au nombre de voitures acheté chaque année, on convient que le danger devient plus pesant.

Depuis quelques années donc, ce mode de transport est décrié. C’est pourquoi plusieurs personnes optent déjà pour la location de voiture. Aussi, la hausse du recours aux VTC ou Taxi prouve qu’un changement d’idée s’opère. La baisse des ventes de voitures à essence ou au diésel commence aussi à chuter. « Une baisse comparable (- 55 %), passant de plus de 2 millions d’unités l’an dernier à 929 309 au deuxième trimestre de 2020 », selon ccta.fr.

Le co-voiturage a également le vent en poupe. C’est un moyen de transport qui favorise considérablement la baisse du taux d’émission de gaz à effet de serre. Plutôt que d’utiliser 4 voitures, les quatre conducteurs peuvent s’entendre pour n’utiliser qu’une seule.

Adopter les moyens de transport électriques

C’est certain : l’électricité reste l’avenir du transport. Il n’y a pas que la voiture qui soit électrique, il y a aussi le vélo.

Aujourd’hui, l’on remarque un engouement de la population pour les moyens de transport utilisant l’énergie électrique. Ces derniers sont équipés de moteurs électriques, et donc, ils limitent la consommation en énergie fossile. Ceci contribue évidemment à diminuer l’empreinte carbone de l’homme.

Autrefois, le coût des moyens de transport électrique relativement élevé les réservait à un groupe de riches. Mais les constructeurs semblent comprendre l’enjeu et fabriquent de plus en plus de véhicules accessibles à un grand nombre.

Autres moyens de transport vert

Vous pouvez déjà opter pour la marche, si votre destination n’est pas très loin de votre lieu de départ. Plus écologique, elle contribue aussi à votre bien-être.

Le vélo est aussi un moyen de déplacement vert. Non seulement vous allez un peu plus vite, mais vous mettez vos articulations inférieures au travail. Ce qui sera bénéfique pour votre santé.

Le transport en commun, au même titre que le co-voiturage, est un moyen de réduire l’émission du gaz à effet de serre.

Vous pouvez aussi adopter les trottinettes et autres moyens de déplacement similaires. Tout cela contribue à atteindre cet idéal d’un monde meilleur pour une génération future innocente.

À propos de l'auteur

Avatar

Passionné des Lettres et envoûté par l'art, je livre aux autres mes découvertes en matière de littérature, de voyage, de cinéma et du sport. "Je pourrais passer le reste de ma vie à lire, juste pour satisfaire ma curiosité." Foi que je dois à Malcom X.

Laisser un commentaire