À la découverte du groupe punk grunge rock toulousain The Diogenes

À l’ère où le rap triomphe sur la scène musicale, le style punk rock revient peu à peu à nos oreilles sur la scène française. On vous présente le groupe de grunge rock toulousain The diogenes !

The Diogenes : un groupe made in France qui sonne trash

The diogenes c’est Heiva à la batterie, Lionel à la basse, Louis à la guitare, Math à la guitare et au chant, mais aussi Sam qui sera leur future chanteuse. À mi-chemin entre un bon grunge style SoundGarden, un no wave à la Sonic Youth ou encore un rock’n’roll entrecoupé de metal à la Motorhead, le groupe est un véritable condensé d’authenticité et d’expérimentation qui en fait un groupe unique !

Humour, dérision s’allient à la sensualité grunge, au trash d’un métal assumé et à une forte inspiration vers la fusion rock et rap. Un énergie qui se partage et une passion débordante qui donne de suite envie d’écouter ça en live et de se taper un bon pogo !

Le made in France, oui, avec quelques compositions en français, mais c’est surtout une inspiration américaine qui ressort de The Diogenes. Un rock très 90’s qui est fortement inspiré des grands tels que Nirvana ou encore Tad ! Le groupe publie ça démo avec Matziz, un pur bonheur pour se défouler et qui vient rallier The Diogenes aux groupes français du genre comme Pogo Car Crash Control ou Lysistrata.

Une première démo qui en dit long

Cette démo a été enregistrée pendant une répète au Studio RIMSHOT fin août 2020. Les artistes toulousains nous dévoilent quatre tracks au plus grand plaisir des oreilles et qui annonce forcément de nouveaux projets pour l’avenir.

Avec un «  Pillow » saturé à la sauce Nervermind, le groupe nous immerge directement dans son univers. Une voix rauque, des riffs improbables, et une énergie revendicatrice, « Pillow » sera peut-être le prochain « In Bloom », en tous cas il en est bien parti.

« Beyond Myself » quant à lui se teinte un peu plus des airs à la Alice in Chains, un vrai groove rock comme on l’aime ! Le titre titille doucement les oreilles avec une bonne inspiration vers le glam métal et la fusion à l’image d’un certain Rage Against The Machine. Cette chanson est encore plus abrasive lors de son solo bluesy qui fait direct hérisser les poils.

VOIR AUSSI : David Bertham et Wassailer : leur clip aux prédictions troublantes !

Troisième composition et une nouvelle confirmation : le groupe est un vrai couteau suisse punk ! Cette fois place aux paroles en français pour «  Religion Catholique » : « Je t’ordonne de ne plus penser » clame Math, une vraie critique positive qui à un certain air de Trust assez appréciable. Encore mieux, The Diogenes est définitivement doué en breakdows, un peu comme le groupe alsacien Last Train, ceux-ci ne cessent de faire les montagnes russes émotives !

Et puis le bouquet final, la retombée après la montée, le petit dernier « Sacrifice À Dieu » qui s’articule autour d’une boucle mélodique qui affirme encore plus la personnalité de The Diogenes.

On espère de nouveaux projets pour bientôt, en tous cas le groupe est à suivre, pour toujours plus de folie musicale et de punk rock !

À propos de l'auteur

Avatar

Adepte de musique, de littérature, de jeux vidéos et de sujets de société, je n'ai aucun tabous.

Laisser un commentaire