David Bertham et Wassailer : leur clip aux prédictions troublantes !

David Bertham signe ce clip pour le moins troublant, un film prédictif qui met en image des événements qui pourraient très bien se produire très bientôt ! Zoom sur le clip de Wassailer, « Son ».

« Son » ou le futur imaginé de David Bertham

Wassailer

Le clip, tout en noir et blanc, a été pensé et réalisé pendant le confinement. Une période propice aux anticipations diverses et cela même en musique. Il fallait des tripes pour le faire et surtout mettre en images un futur lié à cette pandémie était osé ! La vidéo dure 3 minutes 32 et présente un futur proche où des enfants doivent faire avec un monde presque post-apocalyptique, masques FFP2 sur la figure. Forêt dévastée, avion crashé, fumée toxique… Les enfants y arpentent ce nouveau monde, des descendants qui devront reconstruire ce qui a été détruit, la folie montante.

La noir et blanc se marie à merveille avec cette atmosphère entre angoisse et espoir, comme un souffle de nostalgie mais aussi une volonté de faire réfléchir sur cet avenir. Chacun leur tour les enfants regardent fixement la caméra, lançant un jet moralisateur à celui qui vient observer derrière l’écran. Le clip est aussi déchirant lorsque certains enfants se mettent à pleurer d’un coup dans un slowmotion. Les adultes aussi sont présents, faisant face aux enfants alors à ce moment là… armés !

Découvrez le clip :

Wassailer donne un nouveau souffle

L’artiste Wassailer complète ce film plein d’émotions de leur musique glaçante. Ce musicien indé est un mélange progressif entre rock et pop qui fait frissonner. Une musique ténébreuse, animée par le français William Serfass qui an sûrement rapporté cette inspiration du Royaume-Uni où il a passé ces dernières années. Il exécute « Son » d’une voix brute et avec un flow urbain qui colle parfaitement au genre de l’anticipation.

Un autre clip de Wassailer :

Une mélodie enivrante et un groove poétique, pas de doute l’artiste vient dans une ironie noire souligner les travers du genre Humain et ses idées paradoxales. Il nous fait découvrir son univers dans une montée extatique, un « Son » qui résonne sur fond de petites touches musicales entre cordes et piano. Un texte sombre qui peut d’ailleurs être interprété de plusieurs manières.

VOIR AUSSI : Sad Day : le clip court métrage très science-fiction signé FKA Twigs

Paroles et traduction :

Son, son, you and I we’re not done yet Fils, fils, toi et moi nous n’en avons pas encore fini

You and I we don’t talk enough, we break away Toi et moi ne parlons pas assez, nous nous séparons

Son, son, since when do we think this way Fils, fils, depuis quand pensons nous de cette façon ?

Since when do we give up, and leave the boat Depuis quand abandonnons nous et quittons le bateau ?

Son, son, you and I we’re not done yet Fils, fils, toi et moi nous n”en avons pas encore fini

You and I we don’t talk enough, and break away Toi et moi ne parlons pas assez, nous nous séparons

Son, son, since when do you think this way Fils, fils, depuis quand pensons nous de cette façon ?

Since when do you act like that, like a child, like a youngster Depuis quand agis-tu comme ça, comme un enfant, comme un jeune homme ?

You’re a boy, you’re a lad Tu es un garçon, un jeune

You’re allowed to have a blast, a bloody night Tu es autorisé à avoir une explosion, une nuit sanglante

To blow a fuse, and not to blame yourself De faire sauter un fusible et ne pas se blâmer toi-même

Don’t take the blade again Ne reprend plus la lame

You’re a bloke, you’re a lout, Tu es un mec, un voyou

You’re allowed to have a blast, a bloody night Tu as le droit d’avoir une explosion, une nuit sanglante

To kill your dad but only in your mind De tuer ton père mais seulement dans ton esprit

Don’t slit our love and hate Ne fend pas notre amour et notre haîne

Hey boy, hey fella Hey petit, hey mec

You’re allowed to have a blast, a bloody night Tu as le droit d’avoir une explosion, une nuit sanglante

To blow a fuse, and not to blame yourself De faire sauter un fusible et ne pas se blâmer toi-même

Don’t take the blade again son Ne reprend plus la lame, fils

You and I we’re not done yet Toi et moi n’en avons pas encore fini

You and I we don’t talk enough, and break away Toi et moi ne parlons pas assez et nous nous éloignons/séparons

David Bertham, un cinéaste !

David Bertham est un réalisateur éclectique. Il réalise des publicités, des clips, il est photographe et un vrai cinéaste ! Un artiste qui souligne ses traits atypiques dans le clip « Son ». Il réalise le clip de l’année et on le connaissait déjà pour la réalisation du clip « Don’t sing » de DATA notamment.

Un artiste vidéaste à suivre !

À propos de l'auteur

Avatar

Adepte de musique, de littérature, de jeux vidéos et de sujets de société, je n'ai aucun tabous.

Laisser un commentaire