Patria : Canal+ s’offre la série basque de HBO sur l’ETA

CANAL+ vient d’annoncer l’acquisition de la série espagnole Patria, une production d’HBO Europe. Il s’agit d’un drame qui évoque un conflit fratricide au sein de l’organisation indépendantiste ETA, dans le Pays basque espagnol.

Ce feuilleton est une adaptation du best-seller écrit par Fernando Aramburu. Ecrit par Aitor Gabilondo, il comprend huit épisodes de 60 minutes. C’est l’histoire du quotidien de deux amies dont la famille a été séparée par la haine et la violence. Du côté de HBO, les producteurs et réalisateurs, dont Félix Viscarret et Oscar Pedraza, ont particulièrement misé sur des acteurs d’origine espagnole.

Une histoire basée sur un conflit fratricide

Deux familles se trouvent au cœur de la série. L’une d’elles est marquée par ce fils qui a rejoint les partisans du séparatisme. En ce qui concerne l’autre communauté, elle est dirigé par El Txato, le personnage principal de l’histoire. Ainsi, la série tourne autour du fossé qui sépare ces deux clans.

L’un des points essentiels de la série concerne la révolte de Txato. Il refuse de payer l’impôt révolutionnaire. Malheureusement, cet acte de rébellion lui a coûté la vie. Peu après, ses proches se sont exilés pour échapper à toute sorte d’hostilité.

Ensuite, l’histoire se poursuit par le retour de Bittori. Cette apparition inattendue a provoqué des tensions dans tout le village. A cela s’ajoute la haine de Miren, suscitée par l’inculpation de son fils pour un meurtre qu’il n’a pas commis. En tout cas, les personnages de cette série refusent de faire la paix à cause de leurs convictions respectives.

Patria illustre les conséquences de la vindicte des terroristes au sein de la petite ville industrielle qui sert de fond à cette œuvre.

Une série tirée d’un livre de témoignage

Cette réalisation cinématographique résulte du célèbre récit de Fernando Aramburu. Ce roman est devenu un véritable phénomène en Espagne. L’auteur décrit la violence engendrée par l’idéologie nationaliste sur la société basque, quand l’ETA a annoncé le cessez-le-feu.

Ce succès se reflète par les ventes réalisées. Depuis sa sortie en 2016, le livre a été vendu à environ 700 000 exemplaires. Au vu de ce succès, HBO a décidé de l’adapter en série.

« Je crois que Patria a mûri en moi depuis longtemps. Quand j’ai commencé à écrire, j’avais l’impression que le livre était déjà là. De ce fait, il a juste fallu que je choisisse la structure et les personnages », a déclaré Fernando Aramburu. 

En dépit du fait que l’écriture a duré plusieurs années, le livre a connu un franc succès en seulement quelques mois après sa publication. Force est pourtant de reconnaître que cet exploit n’a pas plu à tout le monde. Quoi qu’il en soit, il est passé en tête de vente malgré les critiques de certains secteurs idéologiques.

En outre, on reproche l’auteur d’avoir écrit le roman dans un autre pays. Il faut dire que la décision d’Aramburu de s’installer en Allemagne pendant l’écriture n’a pas été vu d’un bon œil. Pour répondre à ce critique, il se justifie en qualifiant cette approche comme une vision de l’extérieur.

« J’ai vécu cette histoire sanglante de près, elle était omniprésente. Comme beaucoup d’autres jeunes, j’ai été exposé à l’endoctrinement. J’ai été en grande partie témoin de ce que je raconte dans le livre », a confié l’auteur. 

Quant aux lecteurs, ils ont apprécié l’aspect littéraire de l’œuvre. La position prise par l’auteur motive particulièrement cette appréciation du public. En effet, le roman privilégie les points de vue des victimes à la différence des autres récits.

À propos de l'auteur

Avatar

Philosophe@Conscience. "Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L'excellence, donc, n'est pas un acte. C'est une habitude." Aristote

Laisser un commentaire