Bug : l’UK teste un nouveau nanodrone de reconnaissance

Parmi les drones militaires les plus prisés figure le Black Hornet 3 qui est la référence actuelle sur le marché. Malheureusement, à cause de son prix exorbitant, il se fait concurrencer par le Bug, un tout nouveau nanodrone.

À la fin de l’année 2020, l’armée britannique a acquis 30 unités de ce nanodrone. Cette machine est spécialisée dans la reconnaissance et peut effectuer son travail sur une portée de 20 km maximum. Le Bug est le fruit de la collaboration des entreprises britanniques BAE systems et Uavtek.

Le rival du Black Hornet 3 ?

Le Bug doit sans doute son nom à un insecte auquel ressemblent ses antennes. Comparé au Black Hornet 3 qui pèse seulement 33 g et mesure 16 centimètres, il fait 196 g. Cette différence se fait constater dans des conditions météorologiques rudes, notamment les vents forts. Si le nano hélicoptère ne résiste qu’à des rafales de 37 km/h maximum, le drone britannique peut affronter des vents avec une vitesse de 80 km/h.

Le Bug a aussi une bonne autonomie de 40 minutes par rapport à son rival qui n’a qu’une autonomie de 25 minutes. Et cela, même avec une caméra haute définition. L’appareil britannique a également une fonction qui lui permet de suivre un parcours prédéfini ou de suivre d’autres engins pour un vol en essaim. Pour faciliter l’utilisation de ce drone, les concepteurs l’ont doté d’une batterie amovible et remplaçable.

Le Bug excelle dans son domaine

Outre la reconnaissance, le Bug peut se poser pour effectuer une mission de surveillance furtive. D’ailleurs, selon les dires de BAE systems, il peut faire la différence avec les autres nanodrones lors d’une mission.

Même dans les conditions de météo les plus difficiles, le Bug peut livrer des informations tactiques vitales sur ce qui se cache derrière un virage ou au-delà de la prochaine colline, et travaille de manière autonome pour fournir aux troupes une mise à jour visuelle.”

BAE systems

Le plus grand avantage de cet engin de surveillance est sa portée. Normalement, le Bug peut diffuser des vidéos sur une distance de 2 km. Cependant, il a un autre atout. D’après la description sur le site d’Uavtek, afin d’éviter des brouillages RF, le nanodrone peut basculer sur les réseaux mobiles LTE et ainsi atteindre une portée de 20 km

Cette machine peut, par ailleurs, se personnaliser suivant l’utilisation désirée. Elle peut accueillir une caméra infrarouge, un haut-parleur, un microphone ou aussi un « appareil de distraction ». Le Bug se distingue surtout par son coût. Si on le compare au Black Hornet 3, dont le kit vaut 40 000 €, le Bug coûte environ 2 000 €. Ce qui pourrait laisser penser que le Black Hornet 3 a déjà perdu.

À propos de l'auteur

L’écriture constitue l’une des activités qui me permettent de canaliser ma passion, outre la philosophie, le sport et le jeu d’échecs. Dans tout ce que je fais, j’essaie d’atteindre la perfection, tout en sachant que personne ne pourra la rattraper. « Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L’excellence, donc, n’est pas un acte. C’est une habitude. » - Aristote

Laisser un commentaire