Maneki Neko : les 5 secrets du chat porte-bonheur japonais

Vous l’avez sans doute déjà vu dans un restaurant ou un supermarché asiatique. Ce chat porte-bonheur avec la patte en l’air, comme faisant signe aux visiteurs, est en fait un des porte-bonheur japonais les plus célèbres. Il s’appelle « Maneki Neko » et son histoire devrait vous intéresser… Voici les 5 secrets du Maneki Neko !

Maneki Neko : le chat porte-bonheur japonais

1. Une erreur à ne pas commettre !

Le Maneki Neko peut être trouvé dans la plupart boutiques japonaises, parfois ses deux pattes levées, bien qu’en général, il n’y en ait qu’une.

La façon qu’ont les japonais de se faire signe de la main est un peu différente de celle des occidentaux. Pour demander à quelqu’un d’approcher, ils vont agiter la main, tout en gardant la paume vers le bas (c’est un peu le même mouvement que fait notre chat porte-bonheur).

Cela peut prêter à confusion ! Personnellement, la première fois que j’ai vu ça, j’ai pensé qu’on me disait simplement bonjour. Quand vous verrez un Maneki Neko, vous saurez maintenant qu’il invite en fait à rentrer dans le magasin où il se trouve.

Dans le même ordre d’idées, lorsque je suis arrivé au Japon pour la première fois, mon amie a tenté d’expliquer quelque chose en se tapotant le nez. Je pensais qu’elle me disait que quelque chose « était sur son nez » alors qu’en réalité elle ne parlait que d’elle-même. Il s’avère que les Japonais ont tendance à se taper le nez quand ils font référence à eux.

En Occident (ou du moins là où j’habite), on parle plutôt de soi en se tapotant la poitrine.

2. Quelle signification en fonction de la patte avec laquelle le Maneki Neko vous salue ?

Notre chat porte-bonheur peut avoir des sens bien différents en fonction de la façon dont il vous salue.

La croyance la plus répandue est donc que, si c’est la patte gauche qui est en l’air, le Maneki Neko invite les passants à entrer dans le magasin ou dans la maison où il se trouve. Si c’est la droite, il agira comme un porte-bonheur plus classique, en apportant chance et réussite financière.

Certains soutiendront que c’est le contraire, d’autres diront qu’une patte représente la chance tandis que l’autre symbolise la richesse.

Tous s’accordent toutefois sur un point. Plus haut sera levée la patte, mieux fonctionnera ce porte-bonheur japonais !

Maneki Neko : pattes

VOIR AUSSI : Vendredi 13 : un jour porte-bonheur ou une date maudite ?

3. Et de quelle couleur est notre chat porte-bonheur ?

La couleur la plus populaire est le calicot, un mélange de roux et de noir, qui est sensée apporter la chance. Viennent ensuite le blanc (bonheur et pureté), le noir (repousserait les mauvais esprits) et l’or (réussite financière). Le vert et le bleu sont pour les efforts académiques, et le rose est pour l’amour.

Bref, le Maneki Neko est un chat qui peut se présenter sous de nombreuses formes, toutes ayant leurs propres propriétés. Vous pourrez trouvez ces différents modèles de chat porte-bonheur, et bien plus encore, en cliquant sur le lien.

4. Un chat riche comme Crésus

Parfois, ce chat porte-bonheur détiennent des pièces japonaises appelées koban (小 判). Cette unité monétaire remonte à la période Edo, lorsque la monnaie utilisée était le ryō , et non le yen actuel.

Vous trouverez au Japon des Maneki Neko presque recouverts de pièces. Il s’agit là d’une tradition comparable à celle qu’ont certains Européens de jeter des pièces dans des fontaines, ou au fond de puits.

On parle souvent de ces statues japonaises comme d’un porte-bonheur parmi les plus efficaces pour attirer à soi richesse et prospérité.

Maneki Neko riche avec ses pièces de koban

VOIR AUSSI : Voyage : que faire comme activités insolites au Japon ?

5. Des légendes passionnantes…

Comme pour la plupart des porte-bonheur, l’histoire autour du Maneki Neko est floue, voir quelque peu alambiquée.

L’explication la plus possible trouve son origine à Tokyo, vers le milieu du XIXe siècle. Il s’agirait en fait d’une ancienne croyance japonaise selon laquelle un chat qui se lavent la figure est le signe qu’un invité va bientôt arriver à la maison.

Il y a beaucoup d’autres légendes qui nous racontent les origines de Maneki Neko. Je vais vous présenter celle que je préfère :

Il y avait au Japon un riche seigneur nommé Li Naotaka, qui tentait d’échapper à un orage en se protégeant sous un arbre. Non loin se trouvait un temple du nom de Gotoku-ji. Alors qu’il attendait que reviennent le Soleil, l’homme vit un chat lui faire signe. Ne sachant pas trop quoi faire, il finit pas décider de le suivre. Après seulement une poignée de secondes, un éclair frappa l’arbre sous lequel il se trouvait quelques instants auparavant. Se sentant redevant vis-à-vis du temple, il y fit bâtir une gigantesque statue de chat porte-bonheur : le Maneki Neko était né.

D’autres histoires impliquent un chat errant, une vieille femme et son chat ou même une troupe de guerriers et leur petite mascotte à poil.

Toutes ces histoires peuvent être bien différentes mais nous expliquent grosso modo toujours la même chose. Si les Japonais apprécient autant le Maneki Neko, c’est parce qu’il est un porte-bonheur efficace, et étroitement lié à la chance.

De nos jours, le Maneki Neko peut être trouvé dans toutes sortes de jeux vidéo, de bandes dessinées ou de livres. Dans Pokémon, par exemple, Meowth est basé sur ce chat porte-bonheur. Si il a sa place aux cotés des autres symboles du Japon, ce n’est pas pour rien. Tout comme le Maneki Neko nous invite à rentrer dans les maisons et magasins où il est placé, le Japon fait exactement la même chose en nous invitant à visiter ses villes, temples et monuments.

À propos de l’auteur :

Bonjour à tous ! Je m’appelle Cyril, je suis webmaster et futur ingénieur en informatique.

Convaincu depuis des années de la capacité des porte-bonheur à nous faire changer de vie, j’ai voulu vous faire bénéficier de leurs pouvoirs, tout comme je l’ai moi-même fait !

Avec des amis, nous avons donc décidé de créer La Porte Du Bonheur, un site spécialisé, comme son nom l’indique, en porte-bonheur.

Vous pourrez également nous retrouver sur Facebook et sur Instagram.

À propos de l'auteur

Auteur Invité

Laisser un commentaire