Voyage interstellaire : quelles sont les perspectives des scientifiques ?

Le voyage interstellaire est un vol spatial entre les étoiles. Plusieurs articles scientifiques en parlent. Au fait, il s’agit d’un grand défi technologique et économique pour le moment.

Le voyage interstellaire

Jusqu’à aujourd’hui, les chercheurs ont pu découvrir entre 200 à 400 milliards d’étoiles dans la Voie lactée. Ce fait démontre que les êtres humains ont toujours rêvé de sortir du système solaire pour les explorer de près. Pourtant, ils n’ont pas pu franchir plus loin que la lune. Par ailleurs, la sonde Voyager 1 est parvenue à accomplir cet exploit. En d’autres termes, c’est le seul objet artificiel qui ait réussi à s’éloigner le plus de la Terre actuellement. Or, pour que le voyage interstellaire devienne une réalité, quelles en sont les perspectives des scientifiques ?

Les objectifs du voyage interstellaire

L’objectif principal du voyage interstellaire consisterait à rechercher d’autres traces de vie biologiques dans les autres systèmes stellaires. Dans la meilleure des cas, les chercheurs pourront retrouver une nouvelle civilisation technologique avancée. Leur second but viserait à trouver des exoplanètes potentiellement habitables. Afin d’atteindre ces objectifs, la NASA a dépensé une fortune pour la fabrication de nouvelles technologies performantes.

La distance interstellaire, un défi majeur à affronter

Le voyage interstellaire est largement différent d’un voyage interplanétaire, notamment à cause des distances à parcourir. Cependant, ces deux voyages posent les mêmes difficultés telles que le vide, les radiations ionisantes, l’absence de gravité et les micrométéorites. Pour pouvoir effectuer ce genre de mission, la NASA a effectué des recherches durant des années et a accumulé plusieurs approches théoriques. Les problèmes ont été résolus grâce à l’évolution de la robotique. Nonobstant, le défi principal est toujours présent : c’est la distance entre les étoiles. En fait, l’intervalle le plus proche est à un million de fois plus grand que la distance entre les planètes.

Le système interstellaire

Les difficultés des technologies de propulsion existantes

Proxima Centauri, l’étoile la plus proche de notre système solaire, se situe à 4, 22 années-lumière de la terre. Pourtant, les techniques de propulsion actuelles nécessitent une dizaine d’années pour s’en sortir. La sonde spatiale nommée New Horizon lancée vers Pluton a par exemple croisé l’orbite de Neptune en 8 ans. Dans ce cas, il lui faudra environ 80 000 ans pour atteindre Proxima. En ce qui concerne Helios 2, la sonde qui peut voler à 253 000 km/h, elle pourra y arriver en 18 000 ans.

Toutefois, les technologies spatiales de nos jours ne peuvent durer plus de 50 ans. Autrement dit, une défaillance pourrait survenir au-delà de cette limite.

Voyager 1, la sonde qui a réussi à affranchir le système solaire

Lancée en 1977, la sonde spatiale Voyager 1 a franchi environ 121 UA en 2012. Toutefois, il lui faut encore 268 332 UA à parcourir pour pouvoir atteindre l’étoile Proxima Centauri. Ce qui veut dire qu’elle a une vitesse de 63 200 km/h, soit 3, 6 UA par année.

La sonde voyageur 1

Actuellement, Voyager 1 se trouve à 23 milliards de km du Soleil. Même à cette distance, elle ne cesse d’envoyer des informations de son magnifique périple vers la Terre. En mi-mai 2021, la sonde a réussi à s’introduire dans l’espace interstellaire. De ce fait, elle a pu enregistrer des bourdonnements réguliers du plasma empilant l’espace entre les étoiles. Grâce aux données émises par la sonde, les scientifiques pourront se renseigner sur la densité du plasma et sa répartition spatiale. Néanmoins, la sonde devrait arrêter d’émettre un signal en 2025. En réalité, l’envoi des données vers la terre nécessite 22 Watts, ce qu’elle ne pourra plus obtenir dès qu’elle se sera éloignée de la lumière du Soleil.

StarChip, le projet en cours de réussite

Un milliardaire russe, dénommé Yuri Milner, a lancé un projet baptisé « Breakthrough Starshot ». Ce dernier a été appuyé par Stephen Hawking et Mark Zuckerberg. Il s’agit d’un petit vaisseau « StarChip » ne pesant que quelques grammes. Cette puce contient des capteurs en miniature chargés de prendre en photo les systèmes parcourus. Sa vitesse est de 60 000 kilomètres par seconde. Avec cette rapidité, il pourrait atteindre en 20 ans l’Alpha de Centaure.

Le nano-vaisseau StarChip

En gros, les scientifiques ont cherché plusieurs engins de propulsion afin de pouvoir explorer un autre système stellaire. Pourtant, les appareils fabriqués sont encore trop lents pour être propulsés avec un délai raisonnable. Les chercheurs doivent alors trouver de nouveaux moyens d’y aller plus vite. Pour l’instant, le projet StarChip est le plus espéré à réussir ce voyage interstellaire. StarChip serait l’objet le plus lointain envoyé par l’homme si le projet aboutissait.

À propos de l'auteur

L’écriture constitue l’une des activités qui me permettent de canaliser ma passion, outre la philosophie, le sport et le jeu d’échecs. Dans tout ce que je fais, j’essaie d’atteindre la perfection, tout en sachant que personne ne pourra la rattraper. « Nous sommes ce que nous faisons répétitivement. L’excellence, donc, n’est pas un acte. C’est une habitude. » - Aristote

Laisser un commentaire