GAB : toutes les arnaques possibles

Au-delà du vol dans les rues à la sortie d’un guichet automatique, il existe une variété d’arnaque que plusieurs Français ignorent. Voici 6 arnaques dont vous pouvez être victime lors d’une opération au GAB.

Les individus sans foi ni loi ne reculent devant rien pour commettre des fraudes et des escroqueries de tous genres. Même les guichets automatiques de banques ne leur résistent pas. À défaut de braquer les usagers aux sorties de ceux-ci, ils rivalisent d’ardeur et d’ingéniosité. Pour faire main basse sur le contenu des distributeurs ou des comptes, nombreuses sont les manœuvres frauduleuses élaborées par les escrocs. Découvrez avec nous dans cet article toutes les arnaques possibles au guichet automatique.

Le vol par distraction

C’est certainement l’arnaque la plus accessible aux bandits. L’opération qui peut sembler facile nécessite cependant une bonne adresse et de la ruse. Souvent menée en bande, cette infraction se matérialise lorsque en pleine opération au guichet, le client est distrait par des tiers. Il peut s’agir de lui demander un renseignement ou de le faire croire qu’un billet préalablement jeté par terre serait le sien. L’objectif est de détourner son attention. Son code confidentiel est retenu par l’un et sa carte subtilisée par l’autre. Ayant ces éléments, toutes les transactions sont possibles. Diverses techniques de distraction sont envisageables les unes aussi sophistiquées que les autres.

Le card skimming ou l’écrémage

C’est l’une des arnaques au guichet les plus récurrentes. Elle consiste à copier, par le moyen d’un dispositif nommé skimmer, les données bancaires encodées sur la bande magnétique de la carte. Concrètement, le fraudeur place un appareil quasiment indétectable à l’entrée du lecteur de cartes afin de récupérer les informations personnelles des usagers. Une caméra en miniature cachée ou un faux clavier permet l’obtention du code confidentiel. Ce faisant, le voleur a la latitude d’encoder de fausses cartes pour des retraits indus. Mieux, des achats massifs sont effectués en ligne pour vider les comptes.

En outre, toujours pour arriver aux mêmes fins, de faux distributeurs peuvent être installés à des endroits stratégiques. Toutes les cartes qui y passent sont systématiquement copiées et les codes enregistrés.

Le cash trapping ou piège à billets

Le piège à billets est un dispositif qui empêche la sortie de l’argent après une opération effectuée en bonne et due forme. L’utilisateur croit alors à une panne ou un dysfonctionnement du distributeur, il retire sa carte et s’en va. L’escroc qui rôde dans les parages vient enlever le double capot ou tout autre système de blocage pour récupérer les billets.

Le card trapping ou piège à cartes

Vous insérez votre carte bancaire dans un distributeur pour effectuer un retrait, quoi de plus normal. À la fin de l’opération, la carte ne ressort pas, ça peut arriver. Elle a été vraisemblablement retenue par la machine ou pas. Si c’est du fait d’un tiers, vous allez vous faire voler. Cette arnaque consiste à piéger la carte des utilisateurs dans le distributeur tout en prenant le soin de subtiliser leur code confidentiel. À l’aide d’une lame, d’un ruban ou d’un simple bout de papier idéalement placé dans la fente du lecteur, la carte reste coincée. Après le départ de l’usager, celle-ci est récupérée par le fraudeur qui s’empresse de faire différentes opérations. Préalablement, le code personnel est obtenu par divers stratagèmes allant du regard par-dessus l’épaule à l’utilisation de caméra. Aussi connue sous l’appellation collet marseillais qui est une des variantes, cette duperie concerne généralement une seule carte à la fois.

Le jackpotting

Il s’agit du piratage du système informatique qui gère l’automate afin de libérer indûment les billets comme si l’on gagnait au jackpot. Cette action peut se faire à distance par intrusion dans le réseau avec des complices sur place pour récupérer le magot. Soit physiquement en connectant un ordinateur avec un câble dédié à la machine. Le résultat est le même, à l’aide de logiciels malveillants ou de virus, le guichet est vidé. Dans ce cas précis, c’est la banque qui perd et les comptes des particuliers sont épargnés.

Attaque du distributeur à la voiture-bélier ou au gaz explosif

Défoncer les guichets automatiques à la voiture-bélier ou les faire sauter à l’explosif est aussi de temps en temps observé. Les malfrats utilisent nuitamment de gros engins comme bélier pour éventrer les distributeurs dans l’optique de s’emparer des cassettes ou coffres contenant les billets. Il en est de même pour l’utilisation du gaz ou tout autre explosif dans le but de récupérer le contenu de ces guichets. Toujours est-il que ce mode opératoire est très bruyant et extrêmement dangereux.

À propos de l'auteur

Avatar

Passionné des Lettres et envoûté par l'art, je livre aux autres mes découvertes en matière de littérature, de voyage, de cinéma et du sport. "Je pourrais passer le reste de ma vie à lire, juste pour satisfaire ma curiosité." Foi que je dois à Malcom X.

Laisser un commentaire