Comment traiter la chute de cheveux androgénétique chez la femme ?

La calvitie est un phénomène qui touche principalement les hommes. Elle se traduit par une perte de la densité capillaire. Néanmoins, on peut également la retrouver chez le genre féminin. On parle de chute de cheveux androgénétique. Dans cet article, nous aborderons l’essentiel au sujet de la chute de cheveux androgénétique chez la femme.

chute de cheveux androgénétique chez la femme

La chute de cheveux androgénétique chez la femme

La chute de cheveux androgénétique chez la femme est un phénomène hormonal. Elle se définit par la perte de densité du cuir chevelu. Cette perte est due à une hypersensibilité du cuir chevelu aux androgènes. Les androgènes sont des hormones masculines retrouvées en faible proportion chez les femmes. Leurs actions sur les cheveux féminins entraîneraient progressivement une diminution de la pilosité capillaire à l’image de la calvitie chez l’homme. La chute de cheveux androgénétique chez la femme se caractérise notamment par :

  • un affinement du cheveu accompagnant l’alopécie,
  • un caractère toujours progressif de la perte de cheveux,
  • une localisation préférentielle pour certaines zones de la tête (le dessus de la tête, les côtés…),
  • une installation durable lorsqu’elle n’est pas traitée.

Cette pathologie progresse à différents niveaux (stades), et les signes varient selon chacun de ces stades. Ainsi, Ludwig a recensé trois stades cliniques typiques de la maladie.

stades de la la chute de cheveux androgénétique chez la femme
  • Le stade 1

Il se caractérise par un dégarnissement capillaire modéré concernant le haut du crâne. La lisière frontale reste intacte.

  • Le stade 2

L’alopécie devient plus prononcée. La ligne frontale se retrouve à un centimètre en arrière du front.

  • Le stade 3

Il s’agit de la forme la plus évoluée. L’alopécie gagne la quasi-totalité du haut du crâne. Une mince bande de cheveux est présente sur le front et sur la nuque.

Une fois la chute androgénétique maîtrisée, il est temps de s’intéresser aux causes et aux conséquences de cette anomalie.

Les causes et les conséquences de l’alopécie androgénétique chez la femme

L’alopécie androgénétique est la principale cause de chute de cheveux chez la femme (90 %). Environ 20 % de femmes en seraient touchées. Concernant les causes de cette pathologie, les androgènes évoqués plus haut sont la principale cause.

Le développement des cheveux chez la femme est associé aux hormones sexuelles (Œstrogène et Progestérone). Malheureusement, chez des femmes ayant une prédisposition constitutive, le mécanisme est bouleversé. La faible proportion d’androgènes prend le dessus. Ces hormones assurent un renouvellement trop rapide du cuir chevelu. Très vite, les follicules pileux s’épuisent, rétrécissent et deviennent non productifs. Progressivement, les cheveux se mettent à disparaître.

À ce jour, seuls les antécédents de la maladie restent reliés à une probable cause. Néanmoins, des facteurs de gravité existent, à savoir :

  • Les contraceptifs
  • La maternité
  • Les saisons
  • Le stress
  • Un syndrome des ovaires micro-polykystiques.
  • Une chimiothérapie
  • La ménopause, la puberté.

La chute de cheveux androgénétique a des répercussions sur les individus. Le désagrément esthétique est le premier. Il est ensuite accompagné de sérieux problèmes psychologiques. Pour les femmes qui prennent soin de leur apparence, cette situation déstabilise. La perte d’attirance ou la peur des événements sont ainsi les problèmes auxquels elles sont confrontées.

Le traitement de l’alopécie androgénétique

Pour déterminer le traitement adapté, un examen capillaire est en général effectué. Il s’agit du phototrichogramme.

Le traitement préventif consistera à entretenir le cuir chevelu. Pour cela, il faut utiliser un peigne à larges dents. Un usage doux garantira un meilleur entretien capillaire.

Le traitement médicamenteux intervient pour essayer d’améliorer ce trouble. Le Minoxidil 2 %, médicament régularisant le cycle est souvent prescrit. Des traitements anti-hormonaux peuvent aussi être conseillés. Il existe également des solutions cosmétiques pour pallier ce mal. Les prothèses capillaires, mais également des poudres de cheveux densifiantes sont à prescrire.

Le traitement chirurgical est le dernier recours lorsque l’on ne remarque aucune amélioration. Plusieurs méthodes sont envisagées, notamment la greffe de cheveux. La nuque étant toujours “garnie“, cette intervention est naturelle. Elle consiste simplement à retirer certains follicules pileux de la zone. Ils seront réimplantés dans la zone dégarnie. Vous trouverez plus d’informations sur le blog de Vera Clinic.

Les traitements par injection sont également possibles. Ils consistent à injecter des substances chimiques pouvant stimuler l’activité du cuir chevelu. La luminothérapie peut également être une option envisageable pour la repousse des cheveux.

Voilà l’essentiel à retenir sur la chute de cheveux androgénétique chez la femme. Elle est de plus en plus fréquente et nécessite une certaine attention. Les traitements connus ont fait leurs preuves, et sont réellement utiles dans l’amélioration de l’état capillaire.

À propos de l'auteur

Marine

Passionnée par l'art dans toutes ses formes et surtout la photographie, mais aussi plein d'autres choses... Comme dirait Léo, "la curiosité de la vie dans tous ses aspects est, je pense, le secret des grands créatifs" !

Laisser un commentaire