bannière salon mode et luxe

Un anglais se moque de la bise à la française et c’est très drôle

0

En France, on a l’habitude de se faire la bise pour se dire bonjour ou au revoir, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Un anglais, particulièrement agacé par cette coutume a fait une vidéo très drôle pour se moquer de la bise à la française.

Pau Taylor : la bise française vue par un anglais

Les français ont parfois tendance à compliquer inutilement certaines choses, et ce qui nous parait tout à fait naturel peut devenir parfois un vrai casse tête pour les étrangers. C’est le cas par exemple du fameux tutoiement ou vouvoiement que les anglo-saxons ont bien du mal à intégrer, mais aussi des différentes coutumes autour de la bise… L’humoriste anglais Paul Taylor vit en France depuis plusieurs années, mais il est parfois très agacé (voir même carrément énervé) par toutes les conventions autour de notre manière de nous saluer en se tapant la bise.

C’est vrai qu’à bien y réfléchir, se saluer en France peut s’avérer très complexe… En fonction des régions, le nombre de bises et le sens varie, on se fait aussi parfois la bise entre hommes (mais pas toujours), on le fait pour se dire bonjour, puis au revoir, mais aussi parfois pour remercier quelqu’un, et bien sûr à tout le monde même s’ils sont très nombreux. Quand un anglais comme Paul entre dans un bar, tout ce qu’il veut c’est boire une bière, et en France, ce plaisir simple est difficile à atteindre, obstrué par un nombre incalculable de bises à claquer.

Le coup de gueule de Paul Taylor nous fera peut être réfléchir – ou pas – sur la bise à la française, mais en tout cas c’est très drôle 🙂

Un anglais se moque de la bise à la française et c’est très drôle
4.4 / 5 votes

À propos de l'auteur

Erwan

Fondateur et principal rédacteur de BuzzWebzine.fr depuis 2012. En veille permanente sur les meilleurs buzz et vidéos du web. Ce blog est une passion mais dans la vie je suis chef de projet web.

Laisser un commentaire

Merci pour le partage :)
Pour ne rien rater de nos articles, suivez-nous :