bannière salon mode et luxe

Les mauvaises herbes : comédie québecoise sur le cannabis

0

Les mauvaises herbes est une tragi-comédie sur la culture rédemptrice du cannabis, qui sort au Québec cette semaine. Découvrez la bande annonce de ce film loufoque sur fond de commerce illicite.

Alexis Martin contraint de cultiver du cannabis dans le film "Les mauvaises herbes"

Alexis Martin contraint de cultiver du cannabis dans le film “Les mauvaises herbes”

Pour échapper à son prêteur sur gages, Jacques, un acteur qui est aussi un joueur compulsif, quitte précipitamment la ville de Montréal et décide se mettre au vert en rejoignant l’arrière-pays. Un bon samaritain (Simon) qui trouve cet homme désespéré sur ses terres l’accueille chez lui. Mais Jacques ne se doute pas dans quoi il a mais les pieds, car Simon est un agriculteur un peu particulier qui a besoin de main-d’œuvre pour cultiver ses plantations de cannabis. Francesca, une technicienne d’une société d’électricité choisit ce moment, pour venir effectuer le prélèvement du compteur d’électricité de la maison de Simon. Cet attachant trio parfaitement désassorti ne cessera de nous étonner et de nous faire rire tout au long de ce huis clos forestier totalement perché. Découvrez la bande-annonce de ce film loufoque qui nous vient tout droit du Québec !

Avec un budget de quatre millions de dollars, le réalisateur Louis Bélanger signe un 6e long-métrage rythmé, amusant et touchant, une délicieuse tragi-comédie à l’italienne. Un film coécrit par Alexis Martin (qui tient aussi le rôle principal) et superbement mis en images par Pierre Mignot, et en musique par Guy Bélanger. Avec les acteurs Alexis Martin, Gilles Renaud, Emmanuelle Lussier-Martinez et Luc Picard.

Pour ce qui est des milliers de plants de cannabis qui jouent un rôle à part entière dans ce film, il s’agit en réalité de faux pots. Sur ce point, le réalisteur aurait aimé la jouer plus réaliste en se fournissant par exemple sur le site web high supplies, mais les vrais sont toujours interdits au Québec, alors il a fait avec les moyens du bord comme il l’explique :

Naïvement, j’ai pensé qu’on allait peut-être avoir une dérogation parce qu’il était question de cinéma, mais ça demeure un acte criminel. Il a fallu se tourner vers du plastique.
Louis Bélanger

En tout cas l’illusion est parfaite et ces faux plants de cannabis n’enlèvent rien au charme de cette comédie déjantée.

Les mauvaises herbes : comédie québecoise sur le cannabis
4 / 1 vote

À propos de l'auteur

Jasmin

Un mec cool qui rédige des articles cools quand le temps me le permet.

Laisser un commentaire

Merci pour le partage :)
Pour ne rien rater de nos articles, suivez-nous :